L’animal auxiliaire-médiateur

Dans le cadre du psycho-médico-social, de nombreuses études scientifiques et expériences de terrain constatent la plus-value de la présence d’un animal dans l’accompagnement des personnes fragilisées.

L’animal médiateur – encadré avec soin par un intervenant professionnel – est amené à jouer un rôle subtil visant à enrichir la démarche des praticiens de la relation d’aide, de façon ponctuelle ou étalée dans le temps sur base d’objectifs établis.

Dans son rôle d’auxiliaire, l’animal revêt une fonction maïeutique toute particulière, dirigeable mais non contrôlable, invitant, dans une spontanéité naturellement empathique, la personne fragile à vivre une expérience aux vertus réparatrices sur divers plans (affectif, psychique, physique, relationnel, sensoriel, cognitif, social…)

Conçue pour démultiplier les effets positifs de la relation d’aide, la Médiation animale se focalise sur les bienfaits – mutuels – créés dans le cadre de séances ciblées sur des objectifs d’évolution et de mieux-être de la personne.

En plus d’une préparation spécifique de l’animal et de conditions de vie propices à un bon équilibre comportemental, le succès de la démarche repose essentiellement sur la qualité du lien qui s’établit au sein de la triade thérapeutique «bénéficiaire, animal médiateur, intervenant ».

Les séances sont proposées sous la supervision des référents institutionnels et se déroulent de façon à stimuler, outre le mieux-être, le courage pour surmonter la douleur, la communication, l’expression, la confiance, le sensoriel, l’émotionnel, la joie, la douceur, la motivation, la concentration, l’apaisement affectif, un stimuli cérébral ou moteur, le cognitif, la mémoire et le relationnel dans son ensemble.